Anne Perier

Info

Workshops

Work

Vitis Vinifera, 2021, Château des Vergers, Lantigné.

 

Fruit d’une longue observation et d’une immersion au domaine viticole situé en Beaujolais, cette exposition a été produite grâce à la collaboration de la vigneronne Cosima Bassouls.

Les oeuvres sont crées en grande partie avec les matériaux de la vigne, de la récolte du raisin et de sa transformation en vin. Cet ensemble présente le metier de vigneron, il évoque aussi les reflexions en matière de respect des ecosystèmes mises en place par l'agricultrice.

Vues de l'exposition dans la chapelle du XIXe, située dans le parc du Château des Vergers datant du XVIIe siècle.

Vitis Vinifera, nom latin de la vigne, lettres gravées sur tranches de ceps de vigne.          

vue depuis le parvis de la chapelle sur l'autel.

Feuilles de vigne, serie de monotypes à la lie de vin sur papier aquarelle. dimensions hors cadre 24x32cm                              

 Travaux en vert : secateur, pioche, lien en rotin, epinette.

  Au cuvage : croc à vendange, pressoir, ouillette, bouteille et verre.

 

Gaufrage unique sur papier crée à partir de feuilles de vigne ou de lie de vin et de pâte à papier, ø 22cm hors cadre.

La part de chance du vigneron, collection de trèfles à quatre et cinq feuilles sur papier canson 300g, 40 x 50 cm encadré.

 

Le vigneron fait toujours face aux aléas de la météo et à de multiples facteurs qu'on ne peut contrôler. Cette oeuvre est placée au centre de l'autel.

Madame Chanuet, monotype à la lie de vin sur papier canson 300g. 70 x 100 cm encadré.

 

Effeuillage, martelage de feuille de vigne sur voile de coton, environ 150 x 500 cm. (2 rideaux de part et d'autre de l'autel)                               

Les oeuvres évoquent plusieurs aspects du metier de viticulteur et vigneron : Les outils, les traitements pour protéger la vigne, la récolte et la vinification. Sont aussi presents le travail du sol et les plantes compagnes de la vigne qui constituent les couverts vegetaux entre les rangs.

 

. Le monotype est un procedé d’impression qui permet d’obtenir une empreinte, une trace après un passage sous presse. Cette empreinte est unique.

 

. La lie de vin est le depot naturel que l’on retrouve au fond des cuves après la fermentation.

Traitements, serie de monotypes à l’encre transparente et bouillie bordelaise sur papier canson cartonné, 24 x 32 cm hors cadre.

 

Les feuilles choisies pour ces impressions sont "malades"

attaquées par le black rot ou l'acariose. Pour protéger la vigne

de ces maladies, la bouillie bordelaise est pulverisée au printemps,

à partir de la 5e feuille étalée, et à intervals dépendant en grande partie de la pluviométrie.

Paradis, anthotype de plantes et de feuilles de vigne au paradis. 30 x 40 cm et 40 x 50 cm encadrés.

 

. L’anthotype est un procédé photosensible naturel. À partir d’extraits de plantes ou de fruits on obtient une solution qui change de couleur lors de son exposition au soleil; ces oeuvres craignent donc la lumière. Elles sont protégées par un voile de papier de soie.

 

. Après la macération en grappe entière dans les cuves, le raisin passe par le pressoir. Le jus ainsi obtenu s’appelle le paradis.

 

Vitis Vinifera et serie des monotypes Feuilles de vigne.

Vue d'exposition; Au sol: Labeur, terre sur chanvre, trace de roue de tracteur. 80 x 350 cm. ©Raphael Marchou

Vendanges et vinifications, storyboard, dessins gravés sur dépôt de lie de vin sur rhodoide.

encadré 30 x 40 cm.

Etiquette réalisée pour la cuvée de rosé 2019.

Série d'étiquettes uniques réalisées à la main pour la cuvée speciale de l'année 2020, non sulfitée et non filtrée, nommée par Cosima Bassouls "cuvée Anne Perier".

 

L'ensemble de la centaine d'étiquettes constituent une fresque d'une dizaine de mètres représentant la vigne et tous les végétaux qui l'accompagnent dans les rangs de la vigneronne. Lors du vernissage, les participants étaient invités à choisir l'étiquette à coller sur leur bouteille, repartant ainsi avec un fragment de cette oeuvre.

((( Livret d'exposition à venir )))

>  Château des Vergers  <

Oiseaux à moins d'un kilomètre, 2020, videos en cours de montage.

 

Fabrication d’un téléobjectif «maison» à l’aide de jumelles et d’un smartphone. Prises de vues à la fenêtre et à moins d’un kilomètre de mon domicile pendant le confinement de mars à mai 2020. Une tentative de créer un lien avec quelques individus autour de chez moi et de comprendre les interractions qui se jouent; entre les individus; avec le relief; avec les différentes espèces d’arbres.

L'herbier noir, 2019, série de monotypes.

Accrochage et activation de l'installation pendant l'exposition Artagon Live, à la Villa Radet, cité internationale des arts, Paris.

L'herbier noir, black herbarium, presents prints done by inking and pressing plants picked up along the roads and fields. This graphic print shows subtle details and even "aesthetize" the plants. On the other hand the installation also presents the way these images are made. After inking and pressing the plants are like oiled soaked, they freeze and give a less alive image than on the paper. Those used and darkened plants strew on the floor just next to their own picture.

 

The intention here is to question the "aesthetization" of what we call nature. Questioning the way we try to protect and conserve it. And as well other interrogations about the production of an art work or an image. Do we have to make it beautiful to protect ? Do we have to destroy to preserve ?

 

Thanks to Daniel Rovaletto and Laurent Charbonnier, from IDBL art school of Digne-les-Bains.

 

English

 

L’herbier noir présente d’un côté, un accrochage d’estampes obtenues par encrage et pressage de différentes plantes ramassées au bord des routes et des champs. L’empreinte graphique obtenue, montre des détails subtils voire «esthétise» ces végétaux. De l’autre côté l’installation présente aussi la façon dont cette trace, cette image est fabriquée. Après l’encrage et le passage sous la presse les végétaux sont comme mazoutés, ils se figent et renvoient une image moins vivante que sur le papier. Ces plantes utilisées et noircies jonchent le sol à côté de leur propre image.

 

L’intention est de soulever un questionnement quant à «l’esthétisation» de ce que l’on nomme la nature. S’interroger sur la façon dont on tente de la protéger et de la conserver. Mais aussi d’autres interrogations liées à la production d’une oeuvre ou d’une image. Faut-il rendre beau pour protéger ? Faut-il détruire pour conserver ?

 

Merci à Daniel Rovaletto, Atelier Gravure de L’IDBL, l’école des Beaux Arts de Digne, et à Laurent Charbonnier pour le prêt de la presse.

 

 

Photos  ↑→

©Marie Genin

 

 

Activation of the workshop during the opening and during the exhibition.

Monotypes are printed directly in the exhibition room and in front of visitors. The installation becomes like an image factory, the prints invade the walls and create a panorama of plants as time goes by.

>English<

 

Activation de l'installation lors du vernissage et durant l'exposition.

Les monotypes sont imprimés directement dans l'espace d'exposition et en présence des visiteurs. L'installation devient une fabrique à images, les impressions envahissent les murs et crée un panorama de végétaux au fur et à mesure du temps d'exposition.

 

 

 

En savoir plus sur >>> Artagon <<< More information

 

 

Tentative d'exploration naturaliste

2018, accrochage et installation au domaine des Deux-Îles.

 

 

 

 

I've been invited by "le dôme festival" in residency to work nearby the river l'Indre, in Montbazon, France. During my stay I was working on a sort of report about the surrounding nature.

 

Like a cabinet of curiosities or a little natural history gallery this artwork presents observations, a collect, a non-exhaustive inventory, a poetic study.

 

Different natural elements gathered during the residency compose the art pieces: trunks, branches, petals, leaves, grasses, thorns, lichen, triple and quadruple samara, spores of fern, bivalves, feathers, wings and dragonfly (blue odonata). Some of these natural curiosities are displayed on or between glass plates, there is silver photographic prints, and a paper collage representing a simplified map of the park.

 

This installation is a call for contemplation, an invitation to wonder and to conceive the beauty of nature as a universal value.

 

English

 

 

Invitée par le dôme festival en résidence au domaine des Deux-îles à Montbazon, en Indre et Loire je tente de faire un compte rendu de la nature environnante.

 

Comme un cabinet de curiosités ou une petite galerie d’histoire naturelle, cet accrochage / installation présente des observations, une collecte, un inventaire non exhautif, une étude poétique.

 

Les différents éléments naturels recueillis au cours de la résidence composent les oeuvres de cette exposition: troncs, branches, pétales, feuilles, graminées, épines, lichen, samares triple ou quadruples, spores de fougères, bivalves, plumes, ailes et libellule demoiselle (odonate bleue). Certaines de ces curiosités naturelles sont montrées sur ou entre des plaques de verre, il y a des tirages de photos argentiques, et un collage papier représentant un carte simplifiée du parc de la résidence.

 

Cette installation est un appel à la contemplation, une invitation à s'emerveiller et à appréhender la beauté de la nature comme valeur universelle.

 

 

Dragonfly, blue odonata

 

Libellule demoiselle, Odonate bleue

 

 

>English<

Triples and quadruples samara

Buttercup petals in between two glass plates. Branches covered by lichen displayed on a glass plate supported by 4 sections of branches. triple an quadruple samara on half branch. Silver prints photographies. Trunk adorned with grasses that evolved in different directions.

Silver prints photographies.

Triples et quadruples samara

Pétales de bouton d'or entre deux plaques de verre. Branches recouvertes de lichen présentées sur plaque de verre soutenue par 4 tronçons de branches. Samara triples et quadruple sur demi branche. Photographies argentiques. Tronc orné de graminées ayant poussé dans différentes directions.

Photographies argentiques.

 

>English<

Spores of fern

Spores de fougères

>English<

 

^

haut/top

En savoir plus sur >>> Le dôme festival <<< More information

 

 

Atelier à 721 mètres

2017, vidéo 13' & installation

 

 

 

 

Workshop at 721 meters altitude

Equipped saw knife wood chisel

few strings and a box of matches

natural material available

nearby the river

guaranteed solitude absolute calm

ideal for contemplative

 

Spring of April,

wild preserved nature,

the cold and clear water of the river.

On the horizon, a peak, 2189 meters.

 

Walking, measuring, observing

with only 5 tools settle a place to work,

shaping a personal experience.

Crafting rough materials, simply,

exploring empirically.

 

Contemplating, landscape is the inspiration,

listening to leaves in the wind.

Two stones, a trunk, some tall grasses.

Lightning a fireplace to fire the clay.

Working alone, developing temperately

 

This project consists in the installation of a workshop, like my own artist residency in the middle of the Alps de Haute-Provence, France. During 32 days of spring and with only 5 simple tools, I explore the landscape. I experiment by my self to create a series of objects with few means and the natural ressources around.

I do not intend to survive but to create, quite naturally

 

A video shows this experience and an installation presents the objects realized during this time.

 

> Voir la vidéo <

> Watch video <

 

 

>English<

 

 

Atelier à 721 mètres d’altitude

équipé scie couteau ciseau à bois

quelques fils et boîte d’allumettes

matériaux naturels à disposition

rivière toute proche

calme absolu solitude garantie

idéal pour contemplatif

 

Le printemps du mois d’Avril.

Nature préservée sauvage.

L’eau froide et claire de la rivière.

À l’horizon, un sommet, 2189 mètres.

 

Marcher, arpenter, observer.

Munie de 5 outils, installer un atelier.

Construire sa propre expérience.

Façonner des matériaux bruts, simplement.

Explorer empiriquement.

 

Contempler, s’inspirer du paysage.

Écouter les feuilles, dans le vent.

Deux pierres, un tronc, de hautes herbes.

Allumer un grand feu, cuire la terre.

Fabriquer seule, élaborer sobrement.

 

Ce projet consiste en l’installation d’un atelier, d’une résidence de création immergée dans les Alpes de Haute-Provence.

Pendant 32 jours de printemps, et avec les 5 outils énoncés précédemment j’explore seule, le paysage. J’expérimente et fabrique une série d’objets avec peu de moyens et avec ce que je suis capable de prélever de la nature qui m’entoure. Je ne cherche pas à survivre mais à créer, tout naturellement.

 

Une vidéo retrace l’expérience, les objets sont présentés ainsi qu’un accrochage de dessins, photos et curiosités naturelles.

+ + + lire l'article + + +

 

- Sarah Salem -

Anne Perier : La montagne comme atelier.

 

Ouvrir le livret du projet

Open the project booklet 

 

 

Exhibition views at ENSAD,

June 2017

Vues d'exposition à l'ENSAD.

Juin 2017

 

>English<

 

small table: pine trunk, flat stones,

tableware : fired argila clay

 

stool: fir tree, stone

 

basket: acacia tree branch

weaving: nylon string, grasses,

frame acacia tree

Petite table, tronc de pin et pierres,

ustensils en terre argileuse cuite

 

tabouret, sapin et pierre

 

panier en branches d'acacia

tissage fil de nylon et graminées, cadre en acacia.

 

>English<

Utensils, bowl fired argila clay, wooden spoon, wooden & bone needdles.

Saw & worn clothes during the experience.

Collages, preparatory drawings, natural curiosities & series offilm photographies.

Ustensiles, bol en terre cuite, cuillères en bois,         aiguilles en bois & os.

Scie & vêtements portés pendant l'expérience.

Collages, dessins préparatoires, curiosités naturelles & série de photographies argentiques.

 

>English<

Work

CONTACT :

anneperier@ymail.com

+33 (0)6 16 82 85 94

 

follow me @a.nneperier

>>> Curriculum vitae

© Sarah Salem

 

^

haut/top

Workshops

Ateliers & pédagogie

Rouvrir le monde, 2021.

un dispositif de la DRAC PACA dans le cadre de l’été culturel 2021 du Ministère de la Culture.

 

 

Les enfants ont été invités à explorer les alentours du centre de loisirs et à observer les plantes qui y sont présentes. Nous avons ainsi repéré et réalisé une carte des espèces d’ornement plantées aux abords du centre et des nombreuses "herbes folles" qui poussent près des champs et en bords de chemin.

Grâce à ces plantes les enfants ont pu découvrir la technique du monotype, en créant des empreintes de végétaux. Nous avons aussi expérimenté la fabrication de papier à partir d’une pâte constituée à 50% de végétaux et 50% de fibre de papier recyclé.

La classe, l’oeuvre. Nuit des musées, Maison Alexandra David-Neel, 2020. Réalisation d'une video autour des voyages de l'exploratrice et ecrivaine, sur un scenario et une création originale de la classe de 3e3 du collège Gassendi, à Digne-les-Bains.

La classe, l’oeuvre. Nuit des musées, Musée Gassendi, 2019.

Ateliers d'arts plastiques, menés en collaboration avec la professeure Julie Ruffe et la classe de 6e du collège Borelly de Digne-les-Bains sur le thème des cabinets de curiosités.

 

^

haut/top

© Anne Perier
sauf photos avec mentions